ActuActu Streaming

Arrêté pour avoir vendu des comptes Netflix volés

0
Arrêté pour revente comptes Netflix

Un australien avait fait de la revente de comptes Netflix, Amazon ou encore Spotify, son business. Il vient d’être condamné à une peine de 26 mois de prison par les autorités australiennes. Game Over.

Le business des générateurs de comptes

Derrière ce business se cache un australien de 23 ans. Il dirigeait depuis plusieurs années les sites WickedGen, HyperGen, Autoflix et AccountBot, sites de revente d’informations d’identification volées. Sur ses sites vous pouviez acquérir pour des prix défiant toute concurrence des codes d’accès pour les principales plateformes de SVoD, Netflix et Amazon Prime en tête, mais aussi pour des services plus spécifiques tels que des pass Xbox Live ou EA Origin.

Aujourd’hui, les consommateurs n’ont que l’embarras du choix en matière de streaming légal, mais c’est bien là le cœur du problème. La multitude de plateformes multiplie forcément nos dépenses mensuelles pour profiter des dernières séries. Ces abonnements étant devenus des postes de dépenses conséquents pour les ménages du monde entier. En France, 22 millions de français ont accès à au moins un service de vidéo à la demande.

Les sites dit « générateurs de comptes » ont donc profité de l’offre pléthorique pour faire fructifier leur business, et offrir des accès aux plateformes les plus prisées, dans la plus grande illégalité. Pour quelques dollars par an, WickedGen fournissait des connexions pour Amazon, Netflix, HBO, CBS… ou encore Spotify, Tidal et Deezer.

Le FBI rattrape un australien

Évidemment un business comme celui de WickedGen éveille les soupçons. En 2018, le FBI a mené une enquête sur ce site, enquête qui l’a conduit jusqu’à un jeune australien de 23 ans (dont l’identité n’a pas été divulguée). Arrêté ensuite par la police fédérale australienne, cet homme donc est soupçonné d’avoir opéré pendant environ deux ans sur WickedGen et 3 autres sites similaires. Il utilisait les informations d’identification, préalablement piratées à des million d’abonnés légitimes, pour ensuite les revendre.

Selon le rapport de police, l’homme aurait attiré plus de 150 000 utilisateurs sur ses différents sites, en fournissant plus de 85 000 abonnements ! Son business lui aurait rapporté près de 1,3 millions de dollars américains, rien que ça, répartis en crypto-monnaie et en liquidités sur des comptes PayPal.

Côté sanction, l’homme a été condamné à une peine de 26 mois de prison, qu’il va purger au moyen d’une ordonnance correctionnelle intensive (ou ICO). Autrement dit, il effectuera sa peine en dehors de la prison, mais sous une surveillance très stricte. S’ajoutent à cette peine, 200 heures de travaux d’intérêt général.

Ne manquez rien de l’actualité du téléchargement illégal sur Nextwarez.com, suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Classement des sites de warez les plus visités – mai 2021

Article précédant

Streaming et téléchargement : 24% des français utilisent des sites pirates

Article suivant

Vous pourriez également aimer

Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans la catégorie Actu