ActuActu Streaming

Chronologie des médias : des films disponibles plus rapidement après leur sortie cinéma

0
Chronologie des médias 2022

Les discussions entre les différentes parties prenantes durent depuis des mois tant le sujet est délicat, chaque camp refusant de se sentir lésé par rapport à un autre. Finalement, la cinquième version de l’accord sur l’encadrement de la chronologie des médias vient d’être validée ce lundi 24 janvier. Au Ministère de la Culture, les 28 professionnels du cinéma réunis autour de la table (chaines de télévision, grandes plateformes de streaming, organisations du cinéma) ont trouvé un terrain d’entente. Entrée en vigueur prévue le 10 février prochain.

La chronologie des médias, qu’est-ce que c’est ?

L’objectif derrière ce texte est, rappelons-le, d’encadrer pour les trois prochaines années la manière, l’ordre et dans quels délais les oeuvres cinématographiques pourront être exploitées après leur diffusion au cinéma. La chronologie des médias instaure donc un calendrier de diffusion des oeuvres après la sortie en salle, et uniquement après.

Si vous entendez seulement maintenant parler de ce dispositif, sachez qu’il n’est pas récent. Ce dispositif date en effet des années 1960, et il régit les délais entre l’exploitation des films au cinéma et leur diffusion sur d’autres supports, comme la vidéo à la demande, à la TV, en DVD/Blu-ray, en SVoD. L’objectif derrière est de limiter la concurrence entre le cinéma et la télévision.

La chronologie des médias définit aussi l’ordre, quel support est prioritaire par rapport à un autre. Le choix se fait notamment au niveau des financements, plus une chaine ou une plateforme met d’argent dans la production et création cinématographique, plus elle pourra rapidement profiter des films dans son catalogue, et donc attirer de nouveaux abonnés.

Les grands changements à venir pour la nouvelle chronologie des médias

La Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, reconnait que satisfaire tout le monde était « missions impossible ». Toutefois, un accord vient d’être trouvé et signé ce lundi par les parties prenantes, et la nouvelle chronologie des médias sera lancée le 10 février prochain.

Dans cette lutte, Canal+ en tant que grand financeur du cinéma français sort plutôt gagnant des débats. La chaîne de Vincent Bolloré n’aura plus que 6 mois à attendre avant de pouvoir proposer un nouveau film sur ses plateformes, contre 8 mois jusqu’ici. Netflix n’est pas en reste pour autant, le géant américain va pouvoir diffuser des films 15 mois après leur sortie en salle, contre 36 mois aujourd’hui.

Cet accord est une première étape significative de modernisation de la chronologie des médias. Il reflète notre approche constructive tout au long du processus de négociation et notre engagement à contribuer au cinéma français.

Porte-parole de Netflix

Face à ce geste, et en contrepartie, Netflix s’est engagé auprès des organisations du cinéma à s’impliquer dans la production d’au moins 10 films par an et à investir 40 millions d’euros.

Les grands perdants dans l’histoire sont peut être les chaines de télévisions gratuites. En effet, les chaines de la TNT pourront programmer un film sur leurs canaux 22 mois après sa sortie en salle, une éternité donc… Lors de sa diffusion à la télévision, il devra néanmoins être retiré des plateforme de streaming.

Aussi, un accord avec les chaines de télévision et les plateformes pourra être signé, sur le principe de la « co-exclusivité ». Les spectateurs auront alors le choix entre voir le film sur la chaine gratuite ou sur une plateforme. Tout cela reste encore assez flou aujourd’hui.

Concrètement, voici les nouvelles règles à partir du 10 février :

  • Vod/DVD/Blu-ray : 4 mois après la sortie en salle
  • Canal+ et OCS : 6 mois après la sortie en salle
  • Netflix : 15 mois après la sortie en salle
  • Prime Video et Disney+ : 17 mois après la sortie en salle
  • Chaînes gratuites de télévision : 22 mois après la sortie en salle

Ne manquez rien de l’actualité du téléchargement illégal sur Nextwarez.com, suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

IAPO : nouvelle coalition mondiale de lutte contre le piratage

Article précédant

Le trafic des sites pirates a explosé en 2021

Article suivant

Vous pourriez également aimer

Commentaires

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans la catégorie Actu