Seedbox.fr

[Chronique Game #2] Critique de Tesla Effect : A Tex Murphy Adventure

0

Nous sommes en 2050 et la Troisième Guerre Mondiale n’est plus qu’un lointain souvenir ici à New San Francisco. Mais ce n’est pas pour autant que la vie y est paisible. Ainsi, au beau milieu de la nuit, vous vous faites attaquer dans votre chambre d’hôtel et échappez de peu à la mort. À votre réveil, outre une méchante balafre, vous avez perdu tout souvenir des sept dernières années.

Un studio plein d’histoire : 15 ans de retard malgré eux

C’est par ce grand classique que le scénariste amène Tex Murphy, le privé le plus emblématique du jeu vidéo, à reprendre les affaires là où il les avait laissé à la fin d’Overseer et ce malgré le vieillissement de l’acteur qui incarne notre héros.

En effet, ici point de graphisme temps réel pour les personnages, mais des acteurs en incrustation vidéo dans un univers virtuel en 3D. Pour ceux qui n’auraient pas connu l’âge d’or du jeu d’aventures sur PC, les jeux en Full Motion Video, populaires dans les années 90, étaient le plus souvent des films interactifs entrecoupés d’énigmes et de phase de dialogue à choix multiples. Et c’est justement la série des Tex Murphy qui si elle n’inventa pas le genre tout du moins le popularisa avec l’épisode « Under a Killing Moon ».

Et c’est donc bien Chris Jones, à la fois game designer et interprète, que nous retrouvons après plus de 15 ans dans la peau du fameux détective.

Ceux qui ont connu cette série se demandent peut-être pourquoi il aura fallu autant de temps pour retrouver les aventures de Tex. Ce n’est pas l’absence d’inspiration d’Aaron Conners, le scénariste, ou les désirs de Chris Jones qui sont à mettre en cause. D’ailleurs Overseer avait été construit comme un épisode charnière appelant une suite. Il s’agit simplement d’un des scénarios les plus courants dans l’industrie, à savoir que leur studio, Access Software, fut racheté par Microsoft à une période où le genre du FMV tombait en désuétude. Microsoft en profita donc pour réorienter l’entreprise vers des genres plus lucratifs à l’époque.

C’est ainsi qu’ils furent amenés à développer pendant plusieurs années des jeux de sports et notamment la série de golf Links avant d’être revendu à Take Two où ils restèrent bornés à des titres du même genre tel que le jeu de snowboard Amped et ce malgré les multiples demandes de l’équipe pour retourner au jeu d’aventures.

Il faudra attendre 2008 date à laquelle leur studio fut simplement fermé par Take Two pour qu’ils retrouvent leur indépendance et créer un nouveau studio, Big Finish Games. La série Tex Murphy sera bien sûr toujours dans les esprits, mais ils ne disposent malheureusement plus des droits. Ils se lancent donc dans une nouvelle franchise de jeux d’aventures plus casual, « Three Cards To Midnight », et ce dans le seul but d’accumuler suffisamment de fond afin de racheter la propriété intellectuelle de leur protéger.

Ce sera chose faite dès 2009 où ils ont pu lancer en préproduction Projet Fedora, le nom de code de Tesla Effect. Mais le rachat de la licence avait vidé les caisses et le projet n’avançait que très lentement.

Au final c’est qu’en 2012 que le titre refait parler de lui avec une campagne kick-starter qui connut un fort soutien de la communauté. Les 700 000 $ levés permirent au titre de reprendre un rythme de développement normal.

Une image tirée du jeu

Une image tirée du jeu

Un jeu teinté de nostalgie

Mais revenons-en au jeu lui-même. D’un point de vue scénaristique, il n’y a rien à redire et le titre nous offre tous ce qu’on est en droit d’attendre du genre. Une aventure riche, intéressante et pleine de rebondissements. La série ayant popularisé dans les jeux vidéo le concept de fin multiple avec « The Pandora Directive », Tesla Effect ne pouvait pas passer à côté et vous prendrez probablement un grand plaisir à décrypter toutes les ramifications de cette aventure.

Les mécaniques de jeu n’ont quant à elles pas changer depuis les précédents opus et il est clair que le titre mise avant tout sur la fibre nostalgique des joueurs. Quitte à en faire parfois un peu trop avec des incrustations volontairement imparfaites ou des graphismes loin des standards actuels. Ce qui ne manquera pas de perturber les plus jeunes ou ceux qui ne s’attendaient pas à un jeu à tendance rétro.

Il vous faudra également faire moult efforts pour passer outre certains défauts du jeu. Si la faible difficulté des énigmes n’est en rien rédhibitoire, leur trop forte présence à certains stades du jeu casse le rythme du scénario qui reste pourtant le coeur de l’oeuvre. De même, si on peut pardonner à un jeu kickstarté une localisation française digne de Google Traduction, il en est tout autrement pour la roue des dialogues, censé représenté ce que nous pensons avant de l’exprimer, mais qui restera malheureusement bien obscur dans un grand nombre de situations, et ce quelle que soit la langue dans laquelle vous jouez.

Mais si ces défauts ne vous rebutent pas, et une fois que vous aurez accepté qu’il s’agisse d’un jeu qui est resté figé dans les années 80/90, avec ses dialogues volontairement kitsch et surjoués, c’est non sans plaisir que vous arpenterez cet environnement Blade Runnesque, dialoguerez avec des personnages hauts en couleur et vous laisserez happer par l’enquête.

Ce jeu s’adresse donc à une minorité, fan de jeux d’aventures des années 90 ou juste curieuse de découvrir un genre aujourd’hui disparu. Elle devra dans tous les cas faire preuve d’une grande tolérance tant les défauts son au moins aussi nombreux que les qualités. Mais après tout quand on voit le succès critique d’un Watch Dogs, on peut se dire que ce jeu mérite de trouver son public. 😉

Remarques :

– Comme je vous l’ai déjà signalé, la traduction française laisse à désirer au moment où j’écris ses lignes et sauf correctif, privilégiez les sous-titres en anglais si votre niveau le permet. Le jeu restera jouable en VOSTFR, mais vous perdrez énormément en immersion.

– Le jeu est disponible dans toutes les bonnes crèmeries, mais si l’envie vous prenait de vivre ou revivre l’ensemble de la mythologie Tex Murphy, pensez à regarder du côté des sites d’abandonware en lieu et place de vos fournisseurs habituels.

– La série ne compte pas que des jeux et outre les adaptations en romans de « Under a Killing Moon » et « The Pandora Directive » qui devrait ravir les moins adeptes du rétrogaming, le feuilleton audio « Tex Murphy Radio Theater » propose une histoire inédite qui prend place juste après l’épisode « Overseer ». (Disponible assez facilement sur Youtube et consorts)

– Les plus fan pourront également lire le scénario de se qu’aurait dû être l’adaptation sur grand écran des aventures de notre détective. Les autres regarderont Indiana Jones 4 dont l’histoire est une repompe complète de « A Black Sun Ascending ».

Image tirée du jeu

Image tirée du jeu

 

 

Partager :)

À propos de l'auteur

Fils illégitime d’une Vectrex et d’une Dreamcast, je tenterai de vous faire découvrir chaque mois les jeux les plus intéressants auxquels je me suis frottés.