Seedbox.fr

L’industrie musicale obtient le blocage de Torrent9, Cpasbien, Extratorrent et IsoHunt !

3

Une décision de justice concernant les trackers torrents Torrent9, Cpasbien, ExtraTorrent et IsoHunt a été rendue le 2 novembre 2017 et elle est devenue publique ce mercredi 20 décembre. Les différents fournisseurs d’accès internet ont dû bloquer une liste d’URL dont les miroirs des sites concernés, à leurs frais, et ils ne sont pas tous entièrement d’accord.

L’industrie musicale, la source du blocage

Afin de rendre cette décision de justice visant à bloquer quatre gros trackers torrents (dont l’un a fermé en mai 2017, lire : Le tracker ExtraTorrent ferme définitivement), la société civile des producteurs phonographiques (SCPP) a relevé que sur le top 50 musical d’ExtraTorrent, 35 morceaux leur appartenaient, soit 70%. Ce chiffre monte jusqu’à 78% sur Torrent9, et cela a été une raison suffisante pour que la justice accorde le blocage de ces sites.

Page "musique" de Torrent9

Page « musique » de Torrent9

Le tribunal de grande instance (TGI) ajoute :

Ainsi en procurant aux internautes la possibilité de télécharger ou d’accéder en streaming les œuvres à partir de liens hypertextes présentés sur les sites litigieux, et ce même si les contenus sont stockés auprès de serveurs tiers ou sur des plates-formes tierces, ces opérateurs ont permis aux internautes de procéder au téléchargement des œuvres litigieuses en fournissant la mise à disposition des contenus c’est-à-dire ont donné aux internautes les moyens de reproduire des œuvres, dont ils ne détenaient pas les droits

Des coûts minimes, mais qui ne font pas l’unanimité

Évidemment, bloquer un site a un coût pour les fournisseurs d’accès internet, mais pour le cas présent, il n’est pas conséquent. Entre 25 et 450€ selon les opérateurs, mais seul Free n’est pas d’accord. Selon lui, le blocage d’URL ne sert à rien, puisque des méthodes de contournement existent, et elles sont extrêmement simples à mettre en place. Ce à quoi le TGI a répondu :

S’il est exact que toute mesure de blocage peut être contournée par une partie des internautes, d’une part il n’est pas établi que la grande majorité des internautes, qui est attachée à la gratuité des communications et de nombreux services sur l’internet, a la volonté affermie de participer à une piraterie mondialisée et à grande échelle et d’autre part les mesures sollicitées visent le plus grand nombre des utilisateurs, lesquels n’ont pas nécessairement le temps et les compétences pour rechercher les moyens de contournement que les spécialistes trouvent et conservent en mémoire.

En tout cas, les nombreux noms de domaines et miroirs ont déjà été remplacés par les sites concernés, et pour mettre à jour la liste des concernés, la SCPP doit retourner devant le tribunal !

Ne manquez rien de l’actualité du torrent sur Nextwarez.com, suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

Partager :)

À propos de l'auteur

matthieucmp

Retrouvez à travers mes articles des tests exclusifs, ainsi que l’actualité complète du téléchargement illégal !

3 commentaires

  1. la justice a pas fini de ce rendre ridicule dans ce pays les bobo du cinéma et du disque ou vous emmerde
    1 siècle de retard bloquer un site bande de bouffon.
    je propose cette solution pour continuer a avoir accès au site .

    109.0.66.10 dns préféré
    109.0.66.20 dns auxiliaire