Offre Légale

Netflix va augmenter les restrictions géographiques de son catalogue

1
Netflix a dépassé le cap des 100 millions d'abonnés

Netflix, l’entreprise américaine de streaming films et de séries télévisées, va bloquer les adresses IP des utilisateurs qui usent du réseau privé virtuel (VPN) et des serveurs proxy pirates pour contourner les restrictions du catalogue imposé par la compagnie. Est-ce une fausse bonne idée ? Nous vous proposons une analyse de la situation.

Le VPN et les serveurs proxy « modifiés » permettent de s’affranchir des limitations imposées par Netflix

En théorie, l’entreprise interdit aux utilisateurs de se servir d’un réseau privé virtuel, les VPN, (qui permettent de s’affranchir des limites législatives et géographiques imposées dans le pays de résidence) ou de serveurs proxy pirates pour passer outre les limitations de son catalogue. En effet, les droits de diffusions sont négociés à l’échelle d’un pays ou d’un espace bien précis.

Netflixrestrictions

Unofficial Netflix online Global Search

De fait, certains films ou certaines séries peuvent être visionnés uniquement dans certains pays. C’est pourquoi les utilisateurs de Netflix en Andorre ou en Bolivie ont ​​accès à Better Call Saul, tandis que les américains n’y ont pas accès. Autre exemple, les Danois peuvent regarder American Sniper alors qu’il n’est que très peu disponible dans le reste du monde. Ces disparités peuvent créer une certaine frustration parmi les utilisateurs de Netflix qui payent honnêtement leur abonnement.

Netflix ou « la chasse aux tricheurs »

Une solution ? Le VPN. Le principe du « virtual private network » est de passer par des serveurs se trouvant à l’étranger, brouillant la géolocalisation de l’utilisateur. Ce dernier n’a plus qu’à choisir le pays sans limitation pour profiter pleinement de son divertissement audiovisuel. D’autres personnes utilisent des proxy pirates, qui fonctionnement de la même manière qu’un VPN, afin de leur permettre d’accéder à leurs demandes. Il existe des moteurs de recherches qui permettent de trouver des films et des séries qui ne sont pas accessibles dans notre circonscription géographique (« unofficial Netflix online Global Search »).
Mis à part les droits de diffusion, le VPN permet aussi d’accéder tout simplement à Netflix. Bien que le site soit disponible dans plus de 190 pays, certains territoires, comme la Chine, ne peuvent accéder à la plate-forme.

Malheureusement, Netflix, bien décidé à respecter ses nouvelles résolutions de 2016, va limiter dans quelques semaines l’accès des personnes qui se connectent à l’aide de VPN ou de proxy piratés. En effet, ces filous ne pourront plus accéder qu’au catalogue prévu en fonction des droits de diffusion de leur espace géographique. Les débrideurs sont eux aussi visés par la restriction. Nous pouvons lire sur le site de Netflix : « Dans les semaines à venir, ceux qui utilisent des proxy (et VPN) ainsi que des débrideurs seront uniquement en mesure d’accéder au catalogue du pays dans lequel ils se trouvent ». Mais les détails techniques qui permettront à l’entreprise d’appliquer la restriction n’ont pas été révélés.

Cependant, est-il judicieux de mettre en place cette restriction ? Cette question est pertinente, car si les personnes qui utilisent les VPN ou serveurs proxy pirates se retrouvent bloqués, ils pourront se tourner vers la piraterie classique au détriment de Netflix. Dans ce cas, la société et les studios cinématographiques seront doublement perdants : moins d’abonnement et plus de piratage. La solution ne serait-elle pas la suppression des limitations et un accès à l’ensemble du contenu dans le monde entier ? Cette solution plaît aux responsables de Netflix mais ces derniers sont contraints, eux aussi, par les grands studios de production.

Cette action montre bien la volonté de l’entreprise et de ses prestataires de reprendre le contrôle de ce qu’elle diffuse sur la grande toile. S’attaquant dans un premier temps aux « tricheurs », il ne serait pas étonnant que Netflix trouve un moyen pour limiter les rips en 4K qui sont réalisés directement depuis leurs serveurs. La question est toutefois de savoir si cette approche répressive sera efficace.

Source : TF et Le Monde

Vince.
Rédacteur NextWarez entre deux parties d'Uncharted, j'effectue une veille régulière et partage les derniers news du monde du torrent.

    Interview d’un administrateur d’un énorme tracker FR

    Article précédant

    TorrentTunes, un nouveau Popcorn Time musical

    Article suivant

    Vous pourriez également aimer

    1 Commentaire

    1. Eh bah voilà, le coup de marteau nous tombe sur la tronche…on dit merci qui? Merci Smartflix! -_-

      Sans déconner, quand comprendrons-ils que la discrétion est de mise dans le milieu du P2P et des combines?!

    Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Plus dans la catégorie Offre Légale