Les services VPN utilisés pour surveiller les sites torrents

1

Les pirates et les ayants droit partagent-ils les mêmes méthodes pour naviguer sur le web ? Le service VPN s’est avéré être un outil commun pour les deux camps, leur permettant de naviguer dans l’anonymat sur les plateformes des sites de torrent, mais pour des raisons bien différentes. Les administrateurs de ces sites ont des possibilités de repérer ce genre d’action anti-piraterie. Mais, quelles sont les conséquences pour les utilisateurs ?

Les services VPN seraient couramment utilisés par les anti-pirates

Le réseau privé virtuel (Virtual Private Network, VPN) est un système permettant à des ordinateurs de créer un lien direct à l’échelle mondial. Le but principal de l’utilisation d’un VPN est de pouvoir naviguer sur Internet de manière anonyme grâce à l’utilisation d’une adresse IP d’un autre ordinateur, ce qui rend l’utilisateur et la machine difficilement identifiés et localisables (lire : Seedbox ou VPN pour le P2P). Cela permet aussi de contourner les restrictions nationales et géographiques de certains services proposés sur Internet. Ce service est généralement payant, mais il existe des VPN gratuits, moins fonctionnels et moins efficaces.

Les personnes et les organismes luttant contre le partage illégal des fichiers piratés auraient recours à ce genre de pratique, mais pas seulement. En effet, souhaitant que leurs actions restent inaperçues, les anti-pirates souscrivent aux services VPN disponibles sur le marché. En plus de cela, certains d’entre eux loueraient des serveurs dédiés alors que d’autres utiliseraient « Hola VPN » pour mener des actions anti-piraterie en passant par les adresses IP des utilisateurs de « Hola VPN » sans leur consentement. Hola-VPN étant un VPN qui utilisent la connexion de ses utilisateurs et non pas de simples serveurs. 

Il y a peu de temps, Jonathan Bailey, auteur d’articles sur le site Plagiarism Today, a déclaré ouvertement qu’il utilisait des VPN pour réussir à retirer des « revenge porn » sur certains sites. Malheureusement, dès qu’il réalise une demande pour supprimer un contenu, l’administrateur se contente de bloquer son adresse IP sans supprimer le contenu revendiqué :
« Lorsque vous revenez vérifier si le contenu a bien été supprimé, il apparaît que ce contenu, et parfois le site, est déconnecté. Mais, en réalité, le reste du monde peut avoir accès à celui-ci : vous ne pouvez simplement pas le voir. C’est pourquoi je garde des abonnements avec de multiples fournisseurs VPN qui me donnent accès à plus d’une centaine d’adresses IP possibles afin de les utiliser pour contourner leur censure », déclara-t-il.

Comment repérer l’utilisation de VPN par les ayants droit ?

Généralement, les administrateurs des sites torrent vérifient les connexions des utilisateurs durant une journée. Et s’ils repèrent un grand nombre de demandes de la même adresse IP (15 000), il y a des chances que cela soit un robot de la DMCA (Digital Millennium Copyright Act). Une fois les adresses IP relevées, ces dernières sont interdites. Cela n’est pas l’unique procédé pour détecter ce type d’action, mais les sites restent discrets afin de ne pas en dévoiler de trop. D’après les administrateurs, des ressources informatiques considérables sont déployées et les renseignements recueillis se révèlent extrêmement utiles pour contrer ces attaques.

Quelles sont les conséquences pour les utilisateurs de VPN sur les sites torrent ?

Au vu de ce type d’action, certains sites torrent refusent l’accès à certains VPN, obligeant les utilisateurs à se désactiver et donc se connecter « à découvert » sur le site.
Des utilisateurs de « Hola VPN » peuvent être victimes des ayants droit puisque des actions anti-piraterie peuvent être menées à leur insu.
Avec ce climat de méfiance, les administrateurs ont plus de facilité à interdire l’accès de certaines adresses IP malgré le fait que de réels utilisateurs se cachent derrière celles-ci. Mais ces interdictions ne sont jamais définitives, arrangeant ainsi les deux camps.

Aujourd’hui, la plupart des sites torrents ont supprimé leur interdiction d’accès à certains types de VPN. Mais avec la vulgarisation de ce type de pratiques réalisé par les ayants droit, la traque des « corrupted VPN » ne va faire que s’intensifier dans les prochaines années.

Source : TF

Partager :)

À propos de l'auteur

Vince.

Rédacteur NextWarez entre deux parties d'Uncharted, j'effectue une veille régulière et partage les derniers news du monde du torrent.

Un commentaire