Actu

Saisie préventive de 10 sites pirates italiens

1
piratage_journaux_italie

Suite à une plainte déposée par la Fédération italienne des éditeurs de journaux, les autorités ont procédé à une saisie préventive de 10 sites pirates impliqués dans la distribution illégale de journaux, magazines et e-books, au motif de violation de la loi sur les droits d’auteur.

Si le téléchargement illégal et le streaming en ligne concernent majoritairement les films, les séries et les émissions de sport en direct, on observe également une augmentation du piratages de journaux et de périodiques, pour la plus crainte des maisons d’édition. Et les autorités italiennes ont à ce titre accru leur pression dans la lutte contre toutes les formes de piratage.

Une opération ciblant les distributeurs de contenu éditorial piratés

Ce mercredi, nous apprenons dans un communiqué diffusé par l’unité de police du ministère de l’Économie et des Finances italien qu’une vaste opération de blocage a été menée à l’encontre de 10 sites internet pour limiter la diffusion de leur contenu en Italie.

Si les noms des sites internet n’ont pas été rendu public, pour éviter que d’avantage d’internautes ne prennent connaissance de leur existence, leur blocage par le parquet italien de Bari, pour violation du droit d’auteur, a été immédiat. Toutefois, le contenu des différents sites internet étant hébergé à l’étranger, rien ne nous indique que le blocage ait perturbé leur fonctionnement et ait bloqué l’accès aux serveurs…

Les maisons d’édition attaquent les sites pirates

La décision de mercredi dernier s’inscrit dans une opération de plus grand envergure, initiée à la suite d’une première plainte déposée en 2020 par la Fédération italienne des éditeurs de journaux.

Depuis 2020, l’opération aurait, selon la justice italienne, conduit au blocage de plus de 300 sites responsables de la distribution illégale de contenu éditorial. Le ministère de l’Économie et des Finances italien se félicite de le répression menée à l’encontre des sites pirates, le marché du piratage représentant une activité illicite florissante chez nos voisins transalpins. La répression de ce phénomène est devenue une priorité pour les autorités judiciaires, tant ce phénomène altère la dynamique de tout marché. Le Président de la Fédération italienne des éditeurs de journaux estime que les maisons d’édition perdraient environ 670 000€ chaque jour à cause du piratage.

Ne manquez rien de l’actualité du téléchargement illégal sur Nextwarez.com, suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter.

40 500 heures de lutte entre les avocats du gouvernement néo-zélandais et Kim Dotcom

Article précédant

Changement de nom de domaine chez Extreme-Down

Article suivant

Vous pourriez également aimer

1 Commentaire

  1. Gros lol

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans la catégorie Actu