Seedbox.fr

Le ministère de la Culture réclame une liste noire des sites de téléchargement

6

Pour combattre le téléchargement illégal, les ayants droit peuvent aller devant un tribunal, mais les procédures sont longues et les sites concernés ont le temps de se préparer. Sinon, il y a la HADOPI, qui surveille les réseaux peer-to-peer, mais selon la ministre de la Culture, ce dispositif est inefficace. Elle a donc demandé une liste noire des sites pirates à abattre. 

La HADOPI est devenue inefficace

Depuis 2009, la HADOPI surveille le téléchargement illégal sur les trackers torrent. Afin d’identifier les pirates qui téléchargent des fichiers soumis aux droits d’auteurs, l’organisme télécharge lui-même un fichier, et enregistre les adresses IP qui prennent elles aussi ce fichier. S’ensuit une procédure d’identification où la HADOPI fait appel aux fournisseurs d’accès internet afin de mettre un nom sur les adresses IP enregistrées, pour ensuite envoyer un courrier d’avertissement ou pour sanctionner légalement en cas de récidive.

Toutefois, si ce dispositif était efficace il y a quelques années, aujourd’hui la donne a changé : 80% de la consommation illégale de séries ou de films se font directement sur les sites de streaming, comme nous avons pu le remarquer ces derniers mois dans nos classements des sites warez les plus visités. En conséquence, la ministre de la Culture Françoise Nyssen souhaite revoir les actions de la HADOPI, dans le cadre d’une loi qui sera mise en place d’ici à la fin de l’année. 

Une liste noire des sites de téléchargement et de streaming

Par conséquent, la ministre de la Culture a demandé une liste des sites pirates dans le viseur des ayants droit, afin de faciliter les actions de déréférencement dans les moteurs de recherches et de blocage par les fournisseurs d’accès internet français (SFR, Free, Orange, Bouygues). L’élaboration de cette liste pourrait être confiée à la HADOPI, qui aura également carte blanche pour actualiser cette liste quand bon lui semblera. Aujourd’hui, pour bloquer un site en France, il faut que l’ayant droit prouve à un juge que tel site lui cause un important préjudice. Des procédures qui peuvent prendre longtemps, et qui laissent une marge de manœuvre au site concerné, qui a juste à modifier son nom de domaine, comme T411 le faisait fréquemment. Avec cette nouvelle liste, tous les sites viséss pourraient être bloqués sans autre forme de procès et ainsi créer un vent de panique dans l’univers du warez.

Ne manquez rien de l‘actualité du téléchargement sur Nextwarez.com suivez-nous sur Facebook et Twitter.

Partager :)

À propos de l'auteur

matthieucmp

Retrouvez à travers mes articles des tests exclusifs, ainsi que l’actualité complète du téléchargement illégal !

6 commentaires

  1. Sauf que là on ne te parle pas de TOI: usager, on parle du site. tu pourras prendre tous les satellites et VPN du monde, si c’est à la racine (le site) qu’on bloque, tu payeras un VPN pour du « erreur 404 » … Ah c’est beau de ne lire qu’une ligne sur 10 …
    ou alors le site ne devra plus changer son extension comme avant, mais son nom complet. un site qui change de nom chaque mois sans prévenir, tu sais plus qui est quoi (et où)… ça sert plus à rien.

    Mais bon en l’idée de loi, la demande, le vote, la mise en place … y’a de quoi voir venir …

  2. Ah oui, qu’ils nous fassent une jolie liste ! Comme ça, les apprentis pirates sauront où aller télécharger. Quant aux sites incriminés, ils sauront déménager pour éviter de se faire bloquer.

  3. Ça m’ a toujours paru étrange qu’ ils n’ aient pas commencé par là : nommer l’ ennemi par son nom (T411, YGG, ZT…) et non par son adresse (.ab, .cd, .ef…) . Si Hadopi était privée, l’ entreprise serait en faillite.

    • faut juste un abonement Satellite à un opérateur qui n’est pas francais et aucun probléme + VPn de connexion a l’étranger + Seed box et c’est le bonheur total le ministére a du job a faire aprés pour interdir les sites à des fournisseurs etrangers Mdr